Périllos, le village fantôme

Au cœur de la lande aride des Corbières, se dresse le village déserté d’Opoul-Périllos, l’un des lieux les plus énigmatiques des Pyrénées-Orientales. Nimbé d’une brume spectrale qui sublime le hameau en période hivernale, Périllos surprend par le calme et l’atmosphère mystérieuse qui règnent en ses murs.

Un peu d’histoire

Les documents historiques situent les premières traces du village, son église et quelques habitants aux alentours de 1 215. De nos jours, Périllos se compose d’anciennes habitations en ruines, d’une église romane (XIIe siècle ?) dotée d’un joli clocher-mur, d’un petit cimetière, de la Chapelle Sainte Barbe située sur la route en contrebas du village, et des restes du château des Perellós. Ce dernier appartint jadis au Comte Ramon de Périllos. A partir du XIIIe siècle, le château sert de “porte avancée” à la forteresse de la Salvaterra (“la terre qui sauve “, plus connue aujourd’hui sous le nom de Château d’Opoul) , dans le but d’empêcher toute invasion à revers par les conquérants musulmans. Le littoral marécageux rendant difficile le passage entre le Languedoc et la Catalogne, la forteresse fait alors office de vigie sur la Méditerranée et de poste de surveillance d’une frontière longtemps restée floue entre la France et le Royaume d’Aragon.

L'église romane de Périllos

L’église romane de Périllos

En 1391, le fief de Périllos est érigé en vicomté. Ramon de Périllos devient alors Gouverneur du Roussillon, mais aussi de Cerdagne, Conflent et Vallespir. Il hérite en outre du titre de Maréchal d’Aragon et de Sicile. Quelques années plus tard, un autre Ramon de Périllos accède aux fonctions de Grand Maître des Chevaliers de Malte.

La lignée des Périllos verra sa fin au XVe siècle. Eleonora de Perellos meurt sans héritier et tous ses biens reviennent à son neveu, Bernat-Beranger de Perapertusa. Sous Louis XIV, le Vicomté revient au Comte de Durban, ce jusque la Révolution.

Le saviez-vous ?

“Perillós”, en catalan, signifie périlleux. Cependant, l’origine du nom du village n’a aucun rapport avec l’adjectif (bien que le contexte s’y prête !) et tient davantage du nom même de la famille : “Perellós”. On penche alors plus volontiers vers le “perelloner”, nom catalan du poirier sauvage. En outre, le blason de la famille portait… 3 poires. Selon Jean Tosti, spécialiste du Roussillon, l’hypothèse d’un endroit “pierreux” serait également plausible.

Le déclin de Périllos

perillos_village

Un village déserté, aujourd’hui peu à peu restauré

Une longue série de catastrophes entraînera le déclin inexorable du village : le phylloxéra, qui détruisit les vignes, rare ressource des habitants ; une mortalité infantile croissante, qui mit fin au développement de la population ; la première guerre mobilisera et décimera quant à elle les hommes du village, poussant les veuves à partir vers Opoul ; enfin, la deuxième guerre mondiale épargnera à peine une dizaine d’habitants. Le dernier, berger de son état, aurait rejoint Opoul entre 1970 et 1980. Le village était déjà rattaché administrativement à celui d’Opoul depuis 1971.

Insolite

A l’entrée de l’église, on aperçoit sur le mur de droite une étrange plaque bilingue (anglais-catalan) aux motifs celtes. Elle témoigne en fait de l’apparent pèlerinage de Ramon de Périllos (premier du nom) au Purgatoire de Saint Patrick, en Irlande, suite au décès énigmatique de son ami et Roi d’Aragon, Juan 1er. Les soupçons se seraient portés sur Ramon, qui aurait effectué ce périple afin de prouver son innocence. A son retour, le vicomte fit des révélations qui entretinrent certaines légendes, à savoir l’existence, “sur ou sous” ses terres, d’un accès à l’autre monde”…

perillos_plaque_bilingue

Périllos, un village fantôme ?

Plus vraiment ! Depuis 2006, Périllos reprend vie grâce à l’Association Terre de pierres, qui restaure peu à peu le village durant l’été. A cette même période, vous pouvez également vous rafraîchir au “Bar Le Lézard”.

perillos_village_fantome

A voir sur place et aux alentours :

  • Le village
  • La Chapelle Sainte Barbe
  • La Grotte de la Caune
  • La chapelle dédiée à saint Joseph, via la route de Vall Oriola
  • La stelle

Comment s’y rendre ?

Coordonnées GPS Opoul Périllos : Latitude/ Longitude (WGS84) : Degrés décimaux : 42.867998, 2.872769 Degrés, minutes, secondes : 42° 52′ 4.7928″ N, 2° 52′ 21.9678″ E

Sources

En savoir plus sur les mystères de Périllos

Rédaction et photos : Flordaki

Vous avez aimé cet article ?

Donnez-nous votre avis !

Pas intéressantPeu intéressantIntéressantTrès intéressantExcellent ! 4 vote(s)
Loading...

Nos valeurs se vivent et se partagent

Rejoignez la communauté Flordaki et parlez-en autour de vous !